Cette semaine, j’ai lu un article sur « Le Nouvel Economiste » sur l’utilité de l’apprentissage des langues étrangères à l’heure d’une technologie toujours plus efficace en terme de traduction.

Avec une formation initiale de traductrice, acquise il est vrai en un temps où Google n’existait pas, j’ai toujours entendu dire que la technologie ne pouvait pas égaler la traduction « humaine » et ne pourrait jamais le faire. Et pourtant, chaque jour qui passe j’entends parler de nouveaux exploits technologiques en terme de traduction et d’algorithmes capables de s’autocorriger pour améliorer en temps réel la traduction proposée.

Pour autant, il y a tellement de subtilités dans la maîtrise d’une langue, de références à l’histoire, à la culture d’un pays, à une actualité commune… Traduire et faire comprendre le contexte d’une blague est d’une complexité énorme et la technologie sera-t-elle capable de rendre cela? Si je n’ai aucun doute que sur des phrases du quotidien, répétitives ou sur des conversations techniques, la technologie saura (sait?) égaler les traducteurs, à l’heure d’aujourd’hui j’ai quand même de gros doutes sur des traductions beaucoup plus complexes, littéraires, poétiques, humoristiques. Et c’est tant mieux!!

Etre une passionnée des langues, c’est certes adorer le son des langues, pouvoir jongler entre plusieurs langues, se rendre compte de toutes les nuances qui existent entre les langues. Mais tout cela a un lien avec l’Humain. Maîtriser des langues différentes, c’est aussi découvrir de nouvelles cultures, des histoires différentes, l’évolution des mots qui est en lien avec comment tel peuple vivait il y a des centaines d’années, alors que d’autres, ailleurs, vivaient tout à fait différemment.

Et que dire des moments exceptionnels que nous vivons lorsque nous arrivons dans un nouveau pays et que nous pouvons partager un moment de complicité avec les locaux? Ces moments sont-ils les mêmes quand nous utilisons une autre langue que la leur? C’est quand même toute la beauté d’une langue que d’en maîtriser les nuances et pouvoir en jouer lors d’une conversation.

Tout ça pour dire que pour moi, c’est une évidence, il y a une vraie utilité à continuer à apprendre des langues étrangères, pour cultiver la tolérance et la découverte de l’autre.

 

Mes sources:

https://www.lenouveleconomiste.fr/financial-times/apprendre-une-langue-etrangere-est-ce-encore-utile-68470/